Archive for the Matos Category

Craftsman, again and again and again

Posted in Art, Dream, Matos, video with tags , , , , , , on 27 février 2015 by Olivier

Le surf, ce n’est pas qu’une histoire de testostérone et d’adrénaline. C’est aussi, souvent et beaucoup, une histoire d’amour pour le design, pour la recherche, pour l’expérimentation, pour le plaisir de créer de ses propres mains un objet fonctionnel, bien sûr, mais également et surtout tout simplement beau. C’est en tout cas le lot de nombreux shapers, nos artisans du surf.

Je sais que je suis régulièrement revenu sur ce sujet, mais lorsque je regarde une vidéo comme celle-ci je ne peux m’empêcher de penser que nous, surfeurs, avons une chance extraordinaire. Rare sont encore les sports où, pour un budget encore assez « modique », il est possible de prendre du temps avec un artisan et de faire réaliser sur mesure une oeuvre d’art qui nous accompagnera un bout de temps lors de nos différents trips maritimes, ou plus simplement de se laisser séduire par tout ces shapes quasiment uniques venus d’une multitude de créatifs marins…

Support local shapers!

Publicités

Midlength

Posted in Matos, video with tags , , , , on 25 janvier 2015 by Olivier

Mid-Length : board allant de 7’8 à 8’2 (environ, car les avis divergent souvent sur les minimales/maximales), et dont la maniabilité est souvent remise en cause par les surfeur…

The Cliffs and a Single

Posted in Dream, Matos, video with tags , , , on 22 mai 2014 by Olivier

Depuis un petit moment, j’avoue une obsession certaine pour le single. Non pas réellement pour des raisons techniques mais plutôt pour des raisons purement esthétiques. Je trouve ces boards franchement belles. Quand à leur pilotage, et bien c’est un peu comme « Vol de nuit » de Saint-Ex, avec une petite part d’aléatoire qui n’est pas pour me déplaire. Après deux singles de choc, la Uncle et la Bing, la Jungle Acid rachetée à Clovis fait tout particulièrement mon bonheur.

Et pour les détracteurs du single, une belle réponse est apportée par Fergal Smith dans la vidéo ci-dessus. Et comme le dis très bien MagicSeaWeed, « Alternative board sceptics should be well and truly silenced by around 3:32 ». Rock and Roll!

New beast

Posted in Matos with tags , , , , on 27 mars 2014 by Olivier

Je ne sais pas si c’est maladif, mais c’est un fait. Leurs courbes me fascinent. J’aime leur comportement parfois erratique et souvent capricieux. Elles m’attirent. My gosh! pourvu que mon épouse ne lise pas ces lignes ! Bref, j’ai craqué sur une nouvelle board. En théorie, c’est la dernière de la série (encore que, l’expérience Fish m’étant parfaitement inconnue et vivement recommandée depuis un bail…). Donc celle-ci est exactement ce que je cherchais : un joli midlength de 7’11 (soit presque 8, ma cible initiale). D’origine Gato Heroi et shapée par Robin Kegel (je crois), elle a été domptée par Clovis Donnizetti. Un lourd historique, donc ! :-)

A moi, désormais, de faire aussi bien que Clovis en train de chevaucher la bestiole dans la vidéo d’intro.

singleII

Et un grand merci à Wallako de m’avoir mis sur le coup rapidos ! :-)

A new way to ride. Unfortunately.

Posted in Matos, video with tags on 29 septembre 2013 by Olivier

C’est certain, le truc est tentant. Rapide, maniable, fun. La chose en question revêt quelques avantages indéniables. Quand c’est flat, ça marche, tu fais de jolies figures sur du glassy et tu tarabusques les surfeurs et les kitsurfeurs resté sur la plage. Quand c’est gros, ben tu remontes au pic (l’exercice doit sans doute être pratiqué de nombreuses fois avant un 100% de réussite j’imagine) et tu scores à pleine bourre comme en tracté, mais seul. Quand c’est normal, tu ramasses tout, même si une palanquée de SUP phagocyte le pic. Quand tu es dans une forme moyenne, voire nulle si tu as un tantinet abusé la veille ou que tu es définitivement sur la mauvaise pente, et bien tu ne t’entends plus hurler « pas de bras, pas de chocolat », une simple pression de ton pouce sur une délicat bouton suffisant à t’imposer comme le maître des lieux.

Bref, tout pour plaire… dans l’absolu.

Car j’émets toutefois quelques réserves. Ecologique, d’abord, puisque l’engin est encore une fois propulsé par un moteur thermique. Et ça, c’est mal. La mer est suffisamment polluée comme ça pour ne pas en rajouter. Sans compter la pollution sonore. Quoi de mieux qu’un beau Cenitz au lever du soleil dans un silence (relatif) magique ? Pour la sécurité, ensuite. Quand on voit déjà les ravages occasionnés par les imprudents dans des pics bondés, et ce quelle que soit l’arme retenue, là encore je reste réservé. D’autant que la vitesse de l’engin ne laissera sans doute que peu de chance au surfeur, dont la vitesse de déplacement est proche de l’escargot (et dont la conséquence se traduit par des collisions fréquentes). Dernier point et non des moindres, la notion du pas de bras pas de chocolat reste, du moins pour moi, une motivation pour le dépassement de soi. On ne se refait pas.

 SoCal, again!

Posted in Art, Dream, Event, Matos, report, Shop, Trip with tags , , , on 27 avril 2013 by Olivier

Image

Back again. En fait, la Californie me manque en permanence. Lorsque j’y ai posé les pieds il y a plus de 20 ans maintenant, j’ai eu immédiatement le sentiment de pouvoir larguer mes valises et rester là. Tout simplement. La vie étant ce qu’elle est, il en fût autrement même si, je dois l’avouer, j’avais trouvé un substitut presque parfait dans le Pays Basque. Les similitudes sont tellement grandes ! Sud Ouest du pays, surf attitude, proximité forte avec la langue espagnole, vins, beauté incroyable de la mer… Bref, tout ça pour dire que je retourne enfin en Californie. Et cette fois ça sera la tournée de la culture surf, avec une navigation de Malibu jusqu’à San Onofre, et peux être même La Jolla puisque j’ai une gentille invitation à partager quelques vagues avec François, un ami Facebookien que j’espère bien rencontrer IRL !

Ce trip sera l’occasion de faire un peu la tournée des popotes avec la visite de nombreux shops et autres shapers. D’ailleurs, je remercie encore une fois Frank pour la mise en contact de ce matin avec la Team de Icons of Surf, et plus particulièrement Fabrice. Du coup, je pense pouvoir réaliser un joli reportage si j’ai assez de temps.

Car ce trip est aussi l’occasion d’assouvir un autre rêve, à savoir accéder enfin au mythique Adobe MAX, qui sera l’épicentre de la créativité à Los Angeles pour quelques jours. Et je serai en bonne compagnie puisque je partagerai quelques sessions (digitales cette fois ci) avec Geoffrey et Jonathan.

Bon, je fonce préparer ma valise.

Stay tuned!

Magic Rebirth

Posted in Matos with tags , , , , , , on 30 mars 2013 by Olivier

Image

Cette Bing, je l’aime. Et quand cette histoire brumeuse m’est tombée sur la tête, une certaine dose d’agacement, et là je parle poliment bien sur, m’a tout de suite embrumée l’esprit. Alors j’ai cherché, fouillé et questionné pour identifier qui pourrait opérer la belle. L’idée était simple : opération de magie ! C’est finalement Vincent, de More&Less, qui m’a orienté vers Notox, et plus particulièrement les mains en or de Laurent Dabat.

Livrée il y a trois semaines (encore merci Vincent), je suis donc allé récupérer la Lotus hier, avec un léger fond d’appréhension. Entrée chez Notox, présentation et arrivée de la Lotus. Je vais être franc : je n’y ai pas cru. Je suis resté littéralement sans voix devant le travail accompli. Purement exceptionnel. Premier constat : les multiples traces et pets ont tout simplement disparu. De ce côté, la Lotus est revenue à son état d’origine. Le Big hit maintenant. Je n’étais absolument pas certain de pourvoir conserver la partie logo, qui, manque de bol, avait constitué la principale zone d’impact. Là encore, le travail est juste hallucinant puisque non seulement le logo est encore en place, mais en plus il est quasiment à l’identique. Seule une lègre décoloration grise reste visible (mais qui finalement n’est pas sans charme et constitue, de fait, un tatouage antivol absolu, la publication de ce post faisant foi. Hein ?). Pour finir, le dernier impact, plus profond lui, reste étrangement celui qui reste le plus « visible ». Et encore…

Exceptionnel, je vous dis.

Donc encore un merci gigantesque à Arnaud « Shokola », Laurent, Olivier, Vincent et Notox sans qui la renaissance de cette Lotus (dont le codename mérite amplement celui de Phoenix) n’aurait été possible.

 

Avant | Après

%d blogueurs aiment cette page :