Archive pour décembre, 2012

Heaven

Posted in Dream, Surf Session with tags on 12 décembre 2012 by Olivier

lac_perfect_1212

Bon je ne vais pas faire mon Calimero, mais j’ai une vie foutrement compliquée. Toujours entre deux villes, entre deux trains, voire, de temps en temps, entre deux pays. Alors quand un mardi, alors que je suis sur un symposium fort sympathique, je vois à tout hasard que, sans rire, les conditions du coin affichent un mode onbalancetouteslesétoilesqu’onaenstock, et bien mon sang ne fait qu’un tour. Et du coup ça vire au mode Snatch direct : lever à 0500 pour foncer à la gare et chopper le premier départ qui se présente, bosser à donf pendant le mode offline imposé par le TGV, régler à toute berzingue les affaires courantes en arrivant, charger le transporteur de troupe en emportant un quignon de pain, se gaver comme un malade au pic dans des conditions balinaises (et pas avec le quignon de pain, j’insiste bien), revenir ventre à terre pour régler (encore) les affaires courantes… et se préparer à passer une nuit blanche pour rattraper tout le bordel des affaires courantes qui s’empilent. Pas grave, là, j’ai l’image d’une droite IN-TER-MI-NA-BLE et parfaite gravée dans les neurones. Wizzzzz

Et pour le titre du post (je vais peut être en faire une habitude tiens)

Publicités

Finally…

Posted in Surf Session on 9 décembre 2012 by Olivier

Bon ce n’était pas le top, je reconnais, mais ça jouait un peu en mode glassy rigolo avec du soleil. Finalement, les gars, vous auriez pu rester…

Events in dense fog

Posted in Matos, Surf Session with tags , , , on 1 décembre 2012 by Olivier

fog

L’idée était de faire une session « On the Rocks ». Et toutes les conditions étaient parfaitement réunies pour : un plan d’eau glassy avec un vent d’Est juste comme il faut, assorties de températures sibériennes… pour le coin (un petit -3°C au lever du jour). Direction donc les Landes Sud pour y trouver le Graal. Passé l’épreuve de la mise de combi mouillée, c’est avec une satisfaction extrême, plutôt surprenante d’ailleurs, que j’ai pris un pieds velu en rentrant dans une eau à 14°C. Un quasi Hammam comparé à la torture imposée par la température externe. Direction le pic en mode Wicked au milieu d’un brouillard pour le moins dense. Et les surprises qui vont avec : des prises de vagues à la volée dans un mode glissade plus que joli. Bref, tout ça dure gentiment une bonne heure, jusqu’à ce que les conditions deviennent un peu plus tendues.

Ni une ni deux, j’opte pour un changement de matos, la Lotus attendant patiemment son tour dans la Sub. Retour au pic avec l’engin (avec de nouveau la jouissance d’une eau bien chaude, en toute relativité bien sûr) et… arrivée d’un brouillard toujours plus massif. Voilà que les choses se gâtent un peu. Entre deux séries, je décide de me caler un peu au pifomètre sur le pic, légèrement à gauche de l’épi (que l’on voit assez bien sur la photo d’ouverture). Et puis là : blackout. Purée de pois avec une visibilité quasi nulle. Du coup, j’imagine, un jus non perceptible me décale. A mon insu votre honneur ! Résultat ? C’est là que ça se corse : une série arrive et me propulse gentiment en mode machine à laver (rien de dramatique), petit plongeon, et puis là, un drôle de bruit, une sorte de chhtonk au niveau de la callebasse (« Ah, il y a des cailloux sur cette plage ? »), suivi d’un choc au niveau de l’épaule (« ah oui ? étonnant, je barbotte là dedans depuis une heure et pas une seule marmite »), puis une nouvelle gâterie à la jambe (« Là, franchement c’est zarb »). La tête sors de l’eau et, oh miracle !, me voici planté de l’autre côté de ce foutu épi ! Là, quelques gosses mi-rigolards mi-étonnés (« sans blague, qu’est ce qu’un crétin vient foutre DE CE CÔTÉ DE l’ÉPI ? ») me filent un coup de main pour m’extraire de ce joyeux bordel.

Conclusion, le couple homme machine a mangé. Moi, avec des contusions un peu partout, et la Lotus avec une jolie balafre au milieu de la carène. Bon, adorateur des cailloux je suis, mais quand la proximité est telle qu’elle impose un frotti-frotta de ce type, là, je passe. La notion du On the rocks est donc à revoir…

20121201_lotus_001

Un grand merci à Jean Baptiste de Wallako qui viendra chercher la belle d’ici quelques semaines pour une remise à niveau cosmétique qui effacera cette belle connerie de ma part. :-)

Et enfin un track de Eno qui a servi de titre pour ce post.

%d blogueurs aiment cette page :