Archive pour août, 2009

C’est le Pérou !

Posted in Dream, Trip, video with tags , , , on 30 août 2009 by Olivier

chicama

Ce WE nous reçevons Kathy & Phil, deux adorables anglais que nous avons rencontrés en Argentine (ils font une guest appearance ici). Outre une excellente soirée à déguster une variation importante de vins et de fromages (sans compter le canard au miel homemade de votre serviteur et le tiramisu homemade de ma douce), nos deux anglais m’ont lâché une info dont je rêve encore malgré une nuit turbulente. Après un séjour de 6 mois en Amérique du Sud, ils ont des billes. Dont une totalement surfistique : la côte Nord du Pérou est un Eldorado pour les surfeurs. Pas très touristique (les visiteurs se concentrent sur les sites archéologiques) et totalement Surf minded cette région recèle en outre de perles, telles que Chicama, qui serait la plus longue gauche régulière du monde ! Sans compter que, d’après mes sources brittones, Chicama ne serait pas la seule perle du coin…  Moi je le dis, le Pérou, c’est le Pérou.

P’tit Parlo matinal

Posted in Dream, Surf Session with tags on 28 août 2009 by Olivier

parlo280809

Si ce n’est pas de la chance, ça, je ne m’y connais pas : un Parlo parfait à 0800 et un seul gars au pic pour une jolie gauche ! Ouah…

One California Day

Posted in video with tags , , , , , , on 27 août 2009 by Olivier

cal1

Voilà une combinaison qui sonne bien à mes oreilles : surf et Californie. Tel est l’objet de One California Day, film époustouflant de Mark Jeremias et Jason Baffa. J’avoue avoir un faible pour ce coin là, les multiples trips accumulés là bas n’y étant pas pour rien. Tout l’esprit « surf californien » est condensé en 1h30 de superbes images, le tout nappé d’un casting de rêve.

cal2

Que dire des courbes tracées par Joel Tudor à San Diego ? Des pantomimes attendrissantes d’Alex Knost ? De la soudure familiale des frères Malloy ? Du regard bienveillant de Greg Noll sur les avancées de son fils shaper ? Du rire communicatif de Jimmy Gamboa à Malibu ou encore de l’oeil souvent amusé et concentré de Tyler Hatzikian ? Du bonheur à l’état pur.

cal3

Visionner ce film a été pour moi une véritable bouffée d’air après une semaine parisienne riche en manigances, en bêtise et en petites trahisons entre « amis »…

Wah, Kami did it !!!!!

Posted in Dream, film, Fun, Matos, Musique, Photo, Shop, Soirée with tags , , , on 24 août 2009 by Olivier

cjnelson

Lors de la soirée de lancement de son nouveau shop, Kami m’avait glissé à l’oreille – sous réserve de totale discretion- qu’il travaillait sur un gros coup : faire venir CJ Nelson à Bordeaux pour une soirée Escape. Et ma foi, il l’a fait ! CJ Nelson sera bien là en chair et en os lors de la diffusion de deux films (Fresh fruit for rotten vegetables et Another state of mind) dans le superbe cinéma bordelais l’Utopia. Voici le programme tel qu’il est pour le moment fixé :

29 Octobre à 20h, projection des films “Fresh fruit for rotten vegetables” et “Another state of mind” avec la présence du réalisateur Steve Cleveland, et du surfeur CJ Nelson et la 2x championne du monde de longboard Jen Smith. Discussion et débat entre les deux films.
* Les places de cinéma sont en prévente au magasin, en effet, le nombre de place étant limité, il ne sera pas possible d’acheter sa place le soir même. Le tarif est de 6€ et comprend les deux projections. Pour les pré-ventes adressez vous au shop.
30 Octobre, l’après midi, rencontre avec CJ Nelson et Steeve Cleveland et Jene Smtih au magasin Escape, décoration sur planche de surf, vous aurez la possibilitée pour 50€ d’avoir votre board décoré par un des artistes/surfeur les plus rock’n roll de californie.
30 Octobre le soir: FlowFeeling et Escape Gallery présentent le vernissage des peintures de CJ Nelson, et les photos de Lorène Carpentier qui était sur le tournage du film en tant que photographe.
Concert, apéro et bonne ambiance toujours en compagnie de Steve et CJ et bien sûr des shapers Escape (Toy, Daniel’s, Swartwood, Kamikaze et Barrel), bref encore un joli programme, vous pourrez également acheter les films de Steve Cleveland lors de la soirée de vernissage.

Fou non ? Le must serait ensuite une petite virée sur un spot du coin en compagnie du longboarder le plus dingue de la côte Ouest des States et de la délicieuse Jen Smith. Kami ?

Un dimanche un peu plus light

Posted in Surf Session with tags on 24 août 2009 by Olivier

Dimanche, donc, rebelote au Porge. Arrivé tôt le matin, j’ai commencé la journée par une petite session bien fun, limite shore break. Avec le Performer, j’ai eu quelques doutes… Mais en fait, impec. Le bougre est carrément speed au décollage ce qui donne lieu à des drops salement rapide.

Ensuite, il aura fallu attendre six heures sur la plage, sous un cagnard de dingue, avant de pouvoir retourner à l’eau. Seconde session très sympathique au montant avec une houle un peu plus régulière mais un tantinet plus hachée pour cause de thermique. Encore une fois, un petit régal avec quelques vagues moins consistantes que la veille (1,2 – 1,5 m environ). Bref, un bon dimanche malgré une plage tellement remplie qu’en plissant les yeux on se serait cru sur une plage niçoise (les vagues en plus)…

ps @ Ninefeet : toujours pas de photos mais une vidéo que je n’ai pas eu le temps de monter. C’est la rentrée et c’est chaud là…

Morning bombs au Porge

Posted in Surf Session with tags , on 22 août 2009 by Olivier

mimizan

Voilà une matinée plutôt extraordinaire. D’abord car j’ai réussi à motiver ma douce pour un départ relativement tôt de BDX. Du coup, pour une fois nous étions ensemble à la plage. Cool. :-)

Ensuite, une fois sur place : la claque. Devant mes yeux des séries incroyablement belles et puissantes qui flirtent allègrement  avec les 2m+. Une fois au pic, bien loin du bord, j’ai eu droit à une session (courte) de rêve donnant lieu à quelques drops adrénalinés dans des bombes de classe A. Ce qui m’a donné l’occasion de tester le Performer 9′ dans du soutenu. Ninefeet, je tiens à te dire qu’en effet, la bête est taillée pour ce type de conditions. Absolument parfait. Demain, conditions à peu près identiques, donc rebelote…

ps : n’ayant pas eu le temps de sortir mon apn, j’ai emprunté la photo ci-dessus à Xavier de Mimizan (les conditions semblaient assez similaires).

Les fous du tube sont de retour… dans les Landes

Posted in Compet with tags , , , on 20 août 2009 by Olivier

barrique

Il y a quelques temps, j’ai publié une vidéo incroyable sur des riders locaux effectuant de magnifiques tubes dans des vagues landaises. Il s’agit d’un concours qui existe depuis maintenant trois an, le désormais célèbrissime Royal Barrique Contest, organisé par Estim. Durant une période d’observation maximale de trois mois, la compet’ pourra se dérouler n’importe quand jusqu’en novembre (brrrr). En attendant, un concours est organisé ici.

Je fais suivre l’email sympa que vient de m’envoyer la team organisatrice de l’event :

La waiting period du Royal Barrique 09 commencera à partir du 5 septembre et s’étendra jusqu’au 30 novembre: les meilleurs surfeurs de la côte se préparent à affronter les « barriques » landaises pour nous offrir un magnifique spectacle.

Après Jean-Seb Estienne en 2007 et Fabrice Gelez en 2008, qui sera sacré meilleur tube rider des Landes 2009 ?

En attendant la réponse, Estim organise pour la première fois cette année un concours permettant aux internautes de désigner le meilleur tube rider des Landes. Un masque Electric sera décerné à l’un des participants qui aura su nommé le vainqueur du Royal Barrique 09.

Plus d’informations dans le communiqué ci-joint et sur le site web www.royalbarrique.com

Et que la fête tubulaire commence ! Et si je reçois le fameux sésame (pour assister seulement), je couvre… (sauf si c’est un mardi).

Les pirates à l’assaut d’Allosurf

Posted in Autre with tags , , on 20 août 2009 by Olivier

allosurf

Ce matin, je me lève à 0600 afin de regarder les conditions surf dans le coin. Je me connecte sur Allosurf (dont je signale au passage une superbe refonte), et là paf !, je tombe sur un joli écran noir. Le site est hacké, point de doute la dessus. Quelques heures plus tard, il est de nouveau en service. Ah ces pirates… Au moins, ils ont le mérite de monter les failles de sécurité aux administrateurs de sites.

Short cuts

Posted in Book with tags , , , , on 12 août 2009 by Olivier

20090627_6_001

Je m’étais promis de traiter ma rubrique livre avec régularité, au fil de l’eau, et puis finalement, je me retrouve avec une pile imposante d’aventures par procuration sur mon bureau (enfin juste à côté). Tout à commencé avec un prêtre totalement déjanté accompagné de son ours Belzèb. Et quelle folie entre ces deux là. Car a-t-on jamais vu réellement un ours servir la messe, repasser des chemises et se castagner avec des marins russes ? Et que dire d’un prêtre ayant perdu la foi, courant la gueuse, tâtant assidûment de la vodka pour finir alternativement dans les bras d’une navigatrice russe et d’une biologiste finlandaise ? Hein ? (Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen, Arto Paasilinna). Pour le coup, j’ai eu besoin de prendre un peu de hauteur et suis allé me réfugier dans les méandres de Bollywood, où j’ai eu l’occasion d’approcher d’un peu plus près les divinités du cinéma indien. Rien à voir avec le désormais célèbrissime Slumdog millionnaire (encore que). Cette toile ci, tramée sous le joug d’Ashok Banjara, est digne d’une tragédie grecque où les étoiles ne sont, finalement, que des vers de terre. Universalité étonnante qui me conforte dans le fait que les Dieux ne sont définitivement pas pour moi. (Show Business, Shashi Tharoor). Ensuite, et pour le simple plaisir de battre le record de Jules Vernes, j’ai parcouru le monde en à peine 48 heures, de la chine, aux faubourgs londoniens en passant par l’Afrique. Ce voyage express m’a fait découvrir que de simples petites différences culturelles peuvent accoucher de montagnes, souvent insurmontables. (Petits crimes dans un âge d’abondance, Matthew Kneale).
De là, j’ai décidé de rester un peu en Chine avec François Cheng. Dès le début, j’ai bien cru que je ne supporterai pas longtemps la compagnie de cet Académicien. Et puis, au fil du temps, je me suis laissé envoûter par cette aventure humaine extrêmement puissante, dont il m’a fallu plusieurs jours pour me remettre. (Le dit de Tianyi, François Chen). L’occasion était tentante pour foncer ensuite vers l’Australie pour une traversée étonnante, dure et peu conventionnelle de ce continent rouge. Loin des spots de surf mythiques et de la vie facile, mainte fois rêve, j’ai découvert une vie limite apocalyptique, des destinées torturées et un peuple aborigène sur le déclin mais toujours empreint de magie et de mystère. (Nullarbor, David Fauquemberg).
Sur ces entrefaites, j’ai survolé le pacifique pour m’installer durablement dans le nouveau monde. J’y ai tout d’abord croisé les « natives americans » au cours de quelques histoires simples et belles. Je garde en mémoire ces indiens tentant de survivre dans un monde moderne qui s’est construit autour d’eux et leurs tentatives d’intégration -souvent difficiles et cruelles- dans un système qui n’est pas le leur. Je conserve un souvenir tout particulier de Franck Snake Church.  (Dix petits indiens, Sherman Alexie). Plus au nord, mais à la frontière  canadienne cette fois-ci, j’ai croisé la route d’une bande d’indiens Makahs parfaitement hétéroclite. Rien ne prédestinait ces cinq là à s’engouffrer ensemble dans cette aventure rocambolesque (la chasse à la baleine), si ce n’est l’envie désespérée de retrouver leurs racines. Voilà une expédition pleine de rire, de nostalgie, d’incompréhensions, de folie pure et d’interrogation sur la place d’une civilisation en déclin dans un monde qui la dépasse. Fascinant. (L’Hiver indien, Frédéric Roux). Mais l’Amérique, c’est aussi les cowboys, la rudesse de leur vie et, par extension, des rapports masculins… sous toutes leurs formes. Ceux qui auront vu Le secret de Brokeback Mountain comprendrons, même si cet intermède qui se déroule dans les montagnes du Montana se décode avec beaucoup plus de finesse que le film d’Ang Lee. (Le pouvoir du chien, Thomas Savage). Mon épopée m’aura ensuite placé sur le chemin de Fay, une femme enfant en quête de bonheur dans une Amérique souvent (toujours ?) déboussolée. Cette fabuleuse ballade effectuée en compagnie de Larry Brown est sans nulle doute la dernière que nous faisons ensemble. RIP. (Fay, Larry Brown). Décompression oblige : direction L.A ! J’adore L.A, même si ça n’a pas toujours été le cas -il faut sans conteste plusieurs visites pour décoder la mégalopole californienne et en apprécier sa substantifique moelle. Là, j’ai eu le plaisir de frayer dans la sphère Hollywoodienne avec Kit Lightfoot, acteur bellâtre et bouddhiste, Becca, un sosie de Drew Barrymore et Lisanne, une paumée de première bourre amoureuse de Light qui se flingue la tête à coup de yoga. J’ai vraiment eu l’impression de me retrouver au beau milieu d’une histoire de Bret Easton Ellis. (Toujours L.A. Bruce Wagner). Ensuite, et parce que je suis fan de musique, j’ai croisé Harlan Eiffer. Ancien critique reconverti en manager… de l’extrême. Son but : maintenir de jeunes enfants à fort potentiel artistique dans un souffrance maximum afin qu’ils conservent toute leur créativité. (Torturez l’artiste !, Joey Goebel). Mon avant dernière étape me tient particulièrement à coeur. Accompagné des frère James (Jack et Ward), j’ai savouré un travail journalistique au fin fond de la Louisiane/Floride. Plusieurs semaines pour réaliser un travail d’enquête incroyablement minutieux et précis. Un journalisme d’investigation que plus aucun journal n’est aujourd’hui en mesure de s’offrir tant la pression du temps réel est implacable. (Paperboy, Pete Dexer).
Et mon voyage s’est terminé de façon bien étrange sur la route… (La route, Cormac McCarthy).
20090808_books_001

Fluctuat nec mergitur

Posted in Fun, Matos with tags , , on 10 août 2009 by Olivier

Image-1

Apparemment, Arnaud a décidé de me nourrir en matos improbable. Après sa trouvaille en kit, il me propose aujourd’hui un lien pointant vers un surf… gonflable. Attention, rien à voir avec les trucs de mémères qu’on trouve dans les estancots balnéaires (option seau, pelle, canard gonflable et cartes postales de culs de gonzesses moulés dans des bikinis, ou pas). Nan, rien de tout ça, c’est du sérieux. Il y a même plusieurs démos d’un type, A.K.A Steamroller, pour le prouver. Fun et pas si nazz pour une version SUP (Olala, je sens approcher les foudres puristes)… A voir ici pour rigoler.

%d blogueurs aiment cette page :