Archive pour avril, 2011

Our Balinese Gallery

Posted in Photo, Trip with tags , on 30 avril 2011 by Olivier


Just click…

Publicités

Epilogue: Gloomy Bali

Posted in Trip with tags , on 29 avril 2011 by Olivier

« Le livre commençait par une photo que je considère comme la plus réussie de toute ma carrière… C’était un agrandissement. La photo reproduisait un jeune Noir, on ne voyait que le buste ; un maillot de corps avec un texte publicitaire, sur le visage une expression d’effort intense, les mains levées dans un geste victorieux : il est de toute évidence en train de franchir la ligne d’arrivée, le cent mètres, par exemple. La deuxième photo, c’était la photo entière. A gauche, il y a un policier habillé comme un martien, avec un casque en plexiglas sur le visage, des bottes montantes, le fusil épaulé, des yeux féroces sous la visière. Il est en train de tirer sur le Noir. Et le Noir s’échappe, les bras levés, mais il est déjà mort : une seconde après avoir appuyé sur le déclic, il était déjà mort. Mon livre s’appelait Afrique du Sud et il y avait une seule légende sous la première photo, l’agrandissement. C’était ’méfiez-vous des morceaux choisis’ ».

Extrait de Nocturne indien d’Antonio Tabucchi

Bali, Bali, Bali. Cette incantation psalmodiée par les occidentaux depuis bientôt 40 ans (et bien plus encore dans la réalité) n’a pas laissé les balinais indifférents. Et on peut les comprendre aisément. Mais la résultante, bien entendu, a généré chez moi une pointe de déception. Depuis toutes ces années attendues afin de fouler le sol des Dieux, j’avais fantasmé à plein, imaginant des espaces vierges, des aventures non balisées, un peu comme dans ce vieux film Super 8 que mon père nous avait projeté à la fin des années 60, et qui hante toujours mon esprit. Alors voilà, le débat est cruel car on parle tout simplement d’un peuple qui accède à la modernité (et à la richesse). De l’autre côté, nous, occidentaux, espérons souvent échapper à cette fulgurante mondialisation pour vivre des moments en rupture pleine et entière avec nos codes, notre système. Pas simple aujourd’hui dans un monde hyper globalisé. Alors oui, Bali dispose encore de ces espaces un peu hors du temps. Alors oui, Bali offre des rencontres et des moments incroyables. Mais il ne s’agit plus que de petites bulles isolées les unes des autres, parfois légèrement biaisées par quelque chose de « supérieur ».

Prenez la photographie ci-dessus. J’ai eu beaucoup de commentaires émerveillés à son sujet. Ce morceau choisi est pour moi l’image absolue de ce que j’attendais de cette île. Dans la réalité, ce shoot n’a été rendu possible que parce qu’à un moment donné nous nous sommes retrouvés plongés en plein milieu du tournage d’un film. Cette image n’existe pas. Ou disons plus simplement qu’elle n’existe presque plus. Bali est en pleine explosion, où l’immobilier est une folie, où chaque rizière tend à se transformer en partie de Sim City, où des pans entiers de l’île sont sur la voie d’un désastre similaire à celui qui a détruit les côtes espagnoles (en beaucoup plus classe tout de même)… Bien sûr, l’idée n’est pas de détruire le rêve balinais, mais juste de corriger quelque peu sa perspective. Je dis ça au sujet de Bali, mais ça serait sans doute tout aussi vrai pour 90% des pays de la planète. Et je serais supris en remettant les pieds dans des endroits que j’ai visité il y a des dizaines d’années.

Alors retournerais-je un jour à Bali ? Pas certain. Disons que j’irais vraisemblablement un peu plus à l’Est. Vers Lombok, vers Sumbawa, vers Flores, vers les Célèbes…

Epilogue: Radiant Bali

Posted in Dream, Trip with tags , on 29 avril 2011 by Olivier

Bali, Bali, Bali… Ca faisait plus de 15 ans que Val et moi souhaitions y poser les pieds. Et puis la vie et les opportunités ont fait que nous avions opté pour d’autres coins sur la planète. Alors que dire de cette rencontre tant attendue ? Simple : une réelle fascination pour cette culture et ce peuple souriant. Il est certain que Bali regorge de surprises. Les hommes (et les femmes) bien sur, avec qui nous avons eu l’occasion de partager quelques moments doux, humoristiques, sincères, étonnants.  Certains visages me (nous) resteront sans doute longtemps en mémoire, comme par exemple ce peintre de masques à Ubud empreint d’un curieux mélange de gentillesse et de tristesse (du coup j’ai craqué sur ce superbe « God of Fire »).

Bali, bien sûr, c’est aussi ses superbes paysages de cartes postales. Si le pays basque est baptisé le pays des 1000 verts, à Bali vous pouvez aisément reprendre cette appellation et la multiplier par 10. A tel point que je dirais, du point de vue d’un photographe, que c’est beaucoup trop simple.

Mais la grosse surprise c’est incontestablement  cet énorme savoir faire artisanal et ce goût prononcé pour le détail et le beau. Du coup, c’est un peu la course au sublime (presque) partout. The Cat m’avait pourtant prévenu, « Tu vas voir, ils ont de l’or dans les mains ces gens là« . Je ne peux que confirmer. Et du coup je comprends facilement pourquoi des hordes entières d’occidentaux foncent remplir des containers entiers afin d’alimenter des shop occidentaux ou équiper les lounges des bars branchés de la planète.

Quand au surf, mes posts précédents sont suffisamment clairs pour dire sans se tromper que Bali est une des Mecque de la glissade aquatique…

Bali Waves

Posted in Dream, Trip on 27 avril 2011 by Olivier

Après deux semaines sur l’île des Dieux, il est sans doute temps de faire un petit report côté spots. Et je dois bien avouer que ce trip avec le Compressor s’est révélé plutôt satisfaisant. Seulement satisfaisant ? J’explique. Il se trouve que les conditions sont restées assez modestes durant notre séjour. Oui mais voilà : malgré une houle peu massive, j’ai pu mesurer pleinement l’efficacité du reef sur Bukit. En gros, ça donne des spots dans le genre « machine à vagues parfaites », et en gauches bien longues s’il vous plait. Un exemple ci dessus au lever du soleil à Balangan avec trois jolies lignes, alors que la houle ne devait pas dépasser le mètre. Globalement, j’ai pu essayer plusieurs spots très différents les uns des autres : Canggu, avec une vague assez surprenante et proche (un peu) de Parlo ; Seminyak avec des conditions Girondines (bancs de sable) mais en propre ; Bingin avec les conditions les plus soutenues du trip et des indigènes dingos tubant comme des fous mais avec un jus impressionnant impliquant une rame permanente pour rester calé sur le pic ; Impossible avec une sessions foirée par trop de vent et une marée peu propice ; et enfin Balangan, où j’ai eu l’occasion de tester les trois lignes ci-dessus. Ce spot, d’ailleurs, restera sans conteste mon favori absolu par sa superbe régularité et sa capacité à tenir du très petit au moyen (je n’ai pas vu rentrer du massif mais ça doit être quelque chose…).

Bali is a beach. Part 3.

Posted in Dream, Trip with tags , on 18 avril 2011 by Olivier

20110418-054750.jpg
Nous voici de retour sur la côte, entre Canggu et Seminyak. Voiture rendue et passage au mode scooter, avec une première sortie plus que sportive vers le spot d’Echo Beach lors de laquelle j’ai bel et bien failli rentrer veuf. Soudainement, dans un virage, Val (mon épouse pour ceux qui ne la connaissent pas) s’est prise d’une attirance fulgurante pour un joli véhicule noir venant en sens inverse. Cette presque rencontre aura sans doute laissé pantois la trentaine de balinais motorisés qui ont croisé son chemin… Il faut dire que si la conduite automobile est réellement tendue, la conduite en deux roue est, parfois, presque suicidaire. Du coup, nous avons opté pour une plage moins distante et surtout dotée d’un acces routier bien plus sécurisé. La contre partie se monnayant au prix fort puisque les vagues associées ne sont pas tout a fait à la hauteur. Cela dit, les prévisions ne sont pas totalement au top. M’enfin bon, les conditions actuelles dans une flotte à 27° ça change un des perspectives Girondines tout de même. Sans compter que la fin du trip sera entièrement dédiée aux spots du Bukit… Miam.

Inside Bali. Part. 2.

Posted in Dream, Trip with tags , on 14 avril 2011 by Olivier


Après nos quelques jours au bord de la mer, nous avons décidé de plonger au coeur de l’ile afin de calmer nos coups de soleil et découvrir un Bali en théorie plus authentique… ce qui n’est pas forcément très simple dans la mesure où le tourisme est imbriqué dans le mode de vie Balinais à un degré qui, si on devait suivre une échelle dont on parle pas mal en ce moment, atteindrait sans problème le niveau 7. Ce qui me fait dire que Lombok doit constituer une destination de choix pour qui souhaite un peu plus de sincérité. Mais attention, hein, Bali reste un endroit purement extraordinaire de beauté, de soin du détail et de gentillesse. Nous soldons aujourd’hui notre dernière étape terrienne avec une direction vers le mont Catur, puis retour vers un univers marin pour un mode playa, farniente et surf. Ce qui ravira sans doute certains impatients du report surfistique…

News from Bali. Part one

Posted in Dream, Trip with tags , on 11 avril 2011 by Olivier

20110411-105203.jpg
Nous voici donc à Bali. Et franchement, ça va être un peu difficile de résumer ces quelques jours en quelques mots. Mode Snatch avec successivement : une arrivée sur l’ile des dieux après un vol longuet mais parfaitement adouci grâce à un atterrissage en douceur chez Pascal et Claude dans leur magnifique villa ; un baptême du feu culinaire dans un petit resto de grillades de fruits de mer à Jimbaran en mode orgie ; la location d’une wreck car et la découverte simultanée du mode opératoire routier associé -même si a posteriori on peut légitimement se demander si les prémices d’une règle existe – ; la découverte du Kecak que j’attendais depuis si longtemps occasionnant un goodies prenant la forme de deux jolis portraits en charmante compagnie ; et du surf. Je vais bien sur m’étendre un peu sur ce dernier point. D’abord car je dois avouer que la péninsule du Bukit me convient plus que mieux car composée majoritairement de gauches. Ce qui a pour effet, je le concède, réduire considérablement ma résolution de l’année. Pour le reste que dire ? Et bien que ce que j’en ai vu pour l’instant -à savoir Bingin et Balangan- correspondent en tout point au références cinématographiques que tous les surfeurs de la planète ont en tète. Il est tout a fait probable que je garderai longtemps à l’esprit quelques images, collectées un peu en retrait du pic, de surfeurs indonésiens tubant comme des malades Bingin…

20110411-105602.jpg

%d blogueurs aiment cette page :