Archives de russie

Thinking about death shortens life

Posted in Compet, Dream, Fun, Trip with tags , , , on 16 février 2015 by Olivier

La Russie, c’est le dernier « far (w)est » occidental, où tout est possible, du meilleur comme du pire. Pays des extrêmes, de la superficialité et de la profondeur, c’est la « comedia del arte » version slave. Alors quand une bande de jeunes surfeurs russes débarque à Bali en direct depuis barjoland, et bien ça donne ça…

думать о смерти сокращает жизнь!

Kamchatka, the last frontier

Posted in Dream, video, Ze Spot with tags , , , , , , , on 23 mai 2014 by Olivier

Il y a des territoires qui font rêver. Le Kamchatka, péninsule ruskoff dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici, en est très clairement un. Et pour plusieurs raisons. Il y a bien sûr cette fascination pour la Russie (et je ne dis pas ça à cause – ou grâce- aux origines de ma moitié) qui est, selon moi, le nouveau Far East qui regorge de choses à découvrir, pour peu que l’on soit ouvert à de brusques variations de toutes formes (culturelles, relationnelles, culinaires, climatologiques, et j’en passe). Il y a aussi cette fascination pour le Kamchatka et ses mystères géologiques de premier plan, sorte de pampa préservée des années durant (merci la guerre froide), loin des axes du tourisme et donc parfaitement vierge. Et qui dit territoire vierge avec un littoral, dit forcément fabuleux spots de surf inexplorés, vierges, eux aussi, de toute histoire. Là, tout de suite, j’ai une légère pointe d’envie quand je regarde cette vidéo. Un jour, quand je serai grand !

Et parce que, comme en Russie, tout fini toujours par une chanson (ou presque)

Adventurous Russian Shores. Welcome to Камчатка!

Posted in Dream, Trip, video with tags , , , , on 31 août 2012 by Olivier

Dans un monde contracté, scruté, analysé et plus que balisé, les expériences vierges sont quasiment introuvables. Mes récents voyages, ainsi ceux de nombre de mes amis, nous le rappellent souvent, et avec amertume. Les âmes d’aventurier souffrent. Et je dirais que c’est encore presque plus vrai pour les « trips surfers » (hormis pour la catégorie des surfeurs ultra pro et/ou ultra fortunés) car, in fine, le sport lui même tend à réduire considérablement les zones de mystère pouvant rester sur la planète.

Mais il en reste. Et parfois grâce à des contraintes climatiques extrêmes. Ou bien grâce à des conditions géopolitiques particulières. En la matière, le Камчатка est l’exemple parfait. Voilà une terre de fantasme (du moins en ce qui me concerne) qui, jusqu’à encore peu, était (presque) totalement inaccessible. Il semblerait que les choses changent puisque une poignée de surfeurs-pêcheurs aura l’absolu privilège de déflorer les côtes, les rivières et les lacs sublimes de cet archipel de glace et de feu. Rude, sans aucun doute mais parfaitement fabuleux. Lucky, lucky, lucky guys.

ps : et encore un grand merci à Frank, qui se reconnaitra, pour cette belle découverte. :-)

%d blogueurs aiment cette page :