18 seconds


Quelqu’un dans cette assemblée a déjà été confronté à une période de 18 secondes ? Moi, je n’arrive pas à m’en souvenir mais je vous assure que d’après ce que j’en ai vu aujourd’hui c’est particulièrement étrange. J’explique. Hier, l’ami Vincent m’appelle en me faisant une proposition indécente (à laquelle, cher lecteur, je ne refuse jamais dans la mesure du possible) : une session au lever du jour (remarquez qu’en la circonstance je ne parle pas de soleil, hein). Bref, sur le papier les reports affichaient cinq étoiles avec au programme : une houle en hausse de 1m à 1,7m, un vent relativement neutre et, c’est sans doute là que la différence se fait, une fameuse période de 18 secondes (et en regardant de nouveaux les prévis, je me suis même aperçu que pendant qu’on barbotait la fréquence était montée à 19/20 secondes). Donc go. Et nous voilà rendus à Bisca pour découvrir des lignes relativement bien rangées, moins belles qu’hier, mais nettement surfables. Ni une ni deux, Vincent et moi sautons dans nos combardes et direction le line up. Une fois sur place, des conditions propres et de bonne taille s’offrent à nous. Une vague chacun, retour au pic, et là… mutation totale ! Houle croisée, houle grossissante (prévu au programme remarquez bien) mais sans réel potentiel de transformation.

Jusqu’au moment où la chose arriva.

En quelques minutes, une série franchement grassouillette s’abat sur nous, sans prévenir, propulsant la moitié des surfeurs directos sur la plage (peu tenteront de remonter au pic), soit tout de même 150 m. Par chance j’échappe de justesse au carnage. Et ça continue comme ça avec six ou sept mastards assez dingo qui chargent en mode cavallerie. Puis plus rien pendant 20 minutes. Et de nouveau le même schéma (avec une bonne grimpette de vague à toute berzingue pour éviter le cassage de gueule et de matos), ce qui m’aura permis de droper au passage une bombasse plus que grasse en mode « kamikaze on the wicked »…

La question que je me pose, et certains techniciens de la vague pourront peut être m’éclairer, concerne l’incidence de cette période élevée. Pour moi, elle traduit une concentration assez surprenante. Cette longue période, mettant à profit le rangement des lignes au travers de l’océan, aura-t-elle par là même « fusionné » les énergies ? Quelqu’un a une idée ? Parce que franchement, ce matin, c’était totalement barré comme histoire…

3 Réponses to “18 seconds”

  1. Je ne suis pas expert en vague, mais j’ai déjà observé le phénomène sous différentes formes.

    Les vagues se créent par une différence de longueur entre l’onde qui se propage sur le haut de la mer et celle ralentie sur le fond de la mer, avec une part d’énergie qui est rendue « verticalement ». Il y a donc un moment où ces deux ondes s’annulent et un autre où ces deux ondes s’additionnent. J’aurai tendance à dire que les deux trains d’ondes sont synchronisés ça crée des grosses vagues et quand ils sont désynchronisé tu as de la houle croisée.

    Le délais de 18 minutes que tu observes est du au faible décalage entre les deux longueurs d’ondes. Ce qui expliquerai aussi la hauteur des vagues, car la période relativement longue de synchronisation va permettre d’amplifier l’effet et d’avoir 6 ou 7 grosses vagues.

    Après c’est que ma compréhension simplifiée à moi du problème… C’est visiblement bien plus complexes, avec sans doute des aspects fractales , etc… Une petite recherche sur Wikipédia ne fait que compliquer les choses !!

  2. christophe Says:

    Ca du claquer des fesses quand vous avez vu les grosses lignes arrivé dans le fond

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :