To the Ends of the Earth


Ce week end je me trouvais donc au bout du monde. Cette première bretonne a été l’occasion de multiples découvertes, assez surprenantes pour la majorité d’entre elles.

Tout d’abord les Fest Noz et leur cuisine locale de ce type

ou plus typique encore.

Cette photographie me vaudra sans doute quelques remarques puisqu’un débat récent avec quelques amis oppose la bretonne à la normande, cette dernière, pour des raisons parfaitement génétiques, je le concède, ayant ma préférence… (Une bataille de crêpes prévue sous peu réglera très vite ce différent culinaire).

Mais les Fest Noz c’est aussi une hallucination collective ambiance « dernier village gaulois » avec musique et danses traditionnelles, les deux étant un peu déroutantes pour le visiteur peu au fait des coutumes locales.

Ces gesticulations permettent, entre autres, de digérer le fameux Far dont la densité a de quoi surprendre le gourmand le plus averti. Mais le Far fait office de petit joueur en comparaison avec le Kouign-aman qui, sans vouloir offusquer qui que ce soit, permet de placer très très bas la barre des limites digestives.

Heureusement, la Bretagne dispose d’une réserve assez impressionnante de micro brasseries proposant des bières fabuleuses et diversement colorées.

Mais soyons honnête, la Bretagne c’est avant tout la mer et ses endroits quasi tropicaux, du moins pour l’oeil. Car une fois dans l’eau estivale, le baigneur jouira d’une descente thermique fulgurante grâce à une température aquatique flirtant sans vergogne avec les 13 degrés. Pour homme en quelque sorte (encore que, pour certains fiérots allant au combat en simple maillot, une ectopie testiculaire associée à une mutation vocale instantanée sont à craindre).

Ce qui laisse un peu de champ aux skimmeurs de tous bords.

Car côté vagues, je dois me résoudre à annoncer cette triste nouvelle : les parfaites et glassy tant espérées ont fait preuve d’une discrétion telle qu’elles furent proprement invisibles. On y retournera !

Et merci à mon filleul pour cette chouette dédicace en Light Painting.

Publicités

5 Réponses to “To the Ends of the Earth”

  1. Alexandre Says:

    C’est où, la Normandie ?

    • Mouarf. Tu sais, c’est là où il y a le Mont Saint Michel, les falaises d’Etretat, la point d’Agon, la tapisserie de Bayeux, les côtes du débarquement et plus particulièrement Arromanche, le château Gaillard, l’abbaye de Saint Vigor, les crêpes, le cidre, le beurre, le fromage, le calvados et encore plein de trucs. Mais je crois que tu ne connais pas… eh eh eh.

  2. Alexandre Says:

    Hou là… ça a l’air chiant ! Ca doit être loin, en plus.

  3. La « Bonnets rouges » au sureau est excellente

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :